AU FIN MOKA

Coproduction Théâtre le Verso
Du 2 au 6 février 2010
20h30

 

Au fin Moka, la propriétaire c’est Astrid, et Astrid, c’est un personnage : elle est aimable, elle est serviable, elle vous fera rire avant de vous chanter une chanson à l’alcool de rose mûri par les années passées derrière le comptoir. Mais allez-y vite : le café elle le ferme dans deux mois, parce qu’elle a 85 ans et que là, vraiment, c’est le temps des cerises…

Allez boire une petite Suze avec Louise, regardez au fond de la salle, Louise, c’est la cliente perpétuelle, gouailleuse et intempestive, qui derrière les sillons de ses rides et le noir profond de ses prunelles, cache les mille histoires de sa mémoire abîmée… qui sait, vous y retrouverez peut-être la vôtre.

Au Fin Moka, bienvenue chez nos hôtesses pleines de charme qui sauront vous faire voyager de Saint-Germain à Meudon, du turbin aux patins, de votre jeunesse à leur vieillesse, avec fougue, humour, tendresse… théâtre poétique et visuel pour deux comédiennes masquées.

AU NOM DE
Mirbeau, Diderot, le baron d'Holbach, Veyne
11 et 12 février 2010
20h30

 

Suite au spectacle Familière Familie, sur la famille et les normes accueilli au Verso en mai 08, voici la seconde création d’Allerlei, Au nom de. La Croyance comme le lieu du Spectacle, celui du rapport à l'invisible et de sa traduction en rituels intimes ou publics. Une femme pense découvrir une relique et se prosterne devant un phallus en pierre tombé d'une statue de l'église... Le partage problématique d'un repas à travers le prisme de la charité... Des noces où les mariés se transforment en bêtes... La recherche de l'explication du monde par d'étranges pédagogies...


C'est la responsabilité de l'humain face à une part de son imaginaire que propose la mise en scène. Poser simplement le regard sur ce qui semble perdre tout humour, ce sans quoi on ne peut vivre.

Il s'agit avant toute chose de jouer, de s'amuser ensemble à remettre en question nos certitudes et d'en accepter les outrances, le réconfort ou le ridicule, auxquels l'humain se prête si souvent depuis des millénaires.